google-site-verification=ZYHE0J8ij_CC1TkRIF30-gbN5adm8tJY6G92ubhtb54
 

Maisons de retraite ORPEA/ KORIAN, le profit au détriment de la qualité des soins, de la dignité.


Maisons de retraite ORPEA/ KORIAN, le profit au détriment de la qualité des soins, du respect de la dignité, de l’humanité.


Tribune proposée par Guillaume.


Oui à un service public de la dépendance. Stop à l’enrichissement des entreprises privées à but lucratif sur le dos des patients…


Jeudi dernier, “Envoyé Spécial” diffusait un reportage sur la situation dans les maisons de retraite, notamment de 2 groupes privés : KORIAN et ORPEA.

Ce reportage décrit une "course au profit" réalisée par ces groupes qui ont respectivement dégagé près de 90 et 163 millions d’euros de bénéfice l’an dernier, sans pour autant embaucher suffisamment de personnel soignant, et en économisant sur tout, des couches aux repas…

France 2 montre l’arrière du décor de certaines maisons de retraite : nourriture rationnée (moins de 4,5 euros par jour pour l’ensemble des repas), soins bâclés (moins de 15 minutes pour une toilette), personnel insuffisant, conditions de travail dégradées… Ce reportage démontre malheureusement, la maltraitance subie au sein de certains EHPAD privés. La cause principale de cette maltraitance : l’enrichissement privé de ces groupes. Les résidents payent parfois plus de 3000 euros par mois pour une prise en soins plus que contestable.


Trouvez-vous cela normal ?


Dans le pays des droits de l’Homme, en 2018, nous ne pouvons laisser cette situation perdurer.


Socialistes,nous devons proposer lors du débat sur la réforme de Santé, l’instauration d’un service public de la dépendance. Nous ne pouvons laisser la situation actuelle où ¼ des EHPAD appartient à des entreprises cotées au CAC 40, dont le profit est le principal objectif, parfois au détriment de la dignité des individus. Proposons, débattons !

L’humain doit (re)-devenir la priorité dans la prise en soin de chaque établissement de soins.


Élus socialistes, députés socialistes, députés de gauche, unissez-vous pour que nos aînés puissent vivre dans la dignité !


Par ailleurs, l’enrichissement d’entreprises privées sur le dos de la sécurité sociale, des malades, des familles, de nous tous, ne doit plus durer. Ces groupes organisent les mêmes méthodes dans leurs établissements de soins de suite et de réadaptation, dans leurs cliniques psychiatriques… L’obsession quotidienne des directeurs d’établissements n’est plus la réalisation des soins, mais le taux d’occupation de lits. Ce taux peut amener à quelques incohérences dans les soins, pour répondre à une logique strictement comptable. De la même manière, les repas sont rationnés, le personnel n’est souvent pas remplacé (même par des intérimaires), réduisant parfois par 4 le nombre d’infirmiers présents la nuit en psychiatrie.…

Dans le même esprit, les repas proposés sont susceptibles de varier en fonction de la mutuelle des patients, donnant droit à des « packs » différents, ce qui entraine d’importants surcoûts.

Pouvons-nous, socialistes, laisser une telle situation ? Nous devons lutter contre l’enrichissement de ces entreprises qui est réalisée au dépend des patients.

Lors du débat sur la réforme de santé, les socialistes doivent s’engager sur un encadrement plus strict de la qualité des soins réalisés dans l’ensemble des établissements, encadrer plus fermement l’enrichissement de certains groupes au détriment de la qualité des soins et de l’humain, par exemple en instaurant des “quotas” soignants/patients pour chaque typologie de service.

Ne nous laissons pas influencer par des lobbies, soyons porteur de réformes concrètes, courageuses, pour que chacun puisse vivre et être soigné dignement.

Être socialiste, c'est se battre pour la justice sociale, pour l'accessibilité à tous au service de santé, c’est se battre pour la dignité de chacun.

Soyons à la hauteur des enjeux.